«Que comptes-tu faire en 2024 ?» : la question que Macron «a dû poser» à Macky Sall

Robert Bourgi est formel : d’après l’ancien avocat français, le chef de l’État peut légalement être candidat à la prochaine présidentielle. «D’après la révision constitutionnelle de 2016, qui a réduit le mandat à cinq ans et l’impossibilité pour lui de faire plus de deux mandats, il est évident que le Président a inauguré en 2019 son premier mandat et il est légitimement et constitutionnellement habilité à briguer en 2024 un deuxième mandat, plaide-t-il dans un entretien avec L’Observateur. De grâce qu’on arrête d’ergoter, de vaticiner et de philosopher. Macky Sall, s’il en prend la décision, a tout à fait le droit de se présenter en 2024.»

Toutefois le sujet préoccupe en France. Il était au menu de la dernière rencontre entre Macky Sall et Emmanuel Macron, mardi 31 janvier à l’Élysée. «L’ancienne puissance coloniale suit de très près ce qui se passe au Sénégal, acquiesce Robert Bourgi. Les violences, les émeutes, les actes de vandalisme et les attaques ad hominem ne sont pas pour la rassurer.»

S’il assure «ignor(er) totalement ce qui s’est dit à l’Élysée entre les Présidents français et sénégalais», l’avocat s’est représenté leur dialogue sur le sujet. «J’imagine bien que le Président Macron a dû lui poser la question suivante : ‘Macky, que comptes-tu faire en 2024 ? Envisages-tu d’être candidat ? Comment vois-tu les choses ?…’»

Quid de la position exprimée par le concerné ? Robert Bourgi refuse de se mouiller : «Les réponses du Président Macky Sall sont dans le cœur hermétique du Président Macron.»

Partager Avec...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.